Programmes - Martine Eleonor - Détails pratiques - Transgénéalogique - Ateliers d'écriture - Contact & Liens

 

 
Transgénéalogique

 

FAMILLE, JE VOUS AIME TENDREMENT,

PASSIONNÉMENT,

À LA FOLIE,

PAS DU TOUT ...

 
Clefs pour décoder son histoire familiale

 

TRANSGÉNÉALOGIQUE : REPÈRES ET MODE D'EMPLOI POUR
COMPRENDRE L'INFLUENCE QUE LA FAMILLE EXERCE SUR NOUS
 

 

POURQUOI CERTAINES PERSONNES HESITENT-ELLES A
ENTREPRENDRE LEUR BIOGRAPHIE FAMILIALE ?
 

Nous sommes souvent tiraillés entre deux désirs : celui d'évoluer et de ne rien changer. On peut avoir peur de « déterrer le passé ». On espère parfois naïvement qu'en ignorant ses souffrances et ses problèmes, ceux-ci finiront par disparaître.

Inconsciemment, certains craignent de transgresser un des dix commandements ! « Père et mère honoreras, tes supérieurs pareillement ». Pour beaucoup, la famille, c'est « sacré ».

 

Il n'est pas question de rendre la famille responsable de tout, bien sûr. Mais pourquoi ne pas la voir telle qu'elle est ?

Le fait d'effectuer un « bilan familial » permet justement de trier les informations, ces croyances, valeurs et autres légendes conservées par le clan. On arrête d'idéaliser, d'attendre, de souffrir inutilement et souvent, on se découvre des alliés imprévus dans l'arbre généalogique ! On retrouve des repères. C'est tout un travail de rééquilibrage des forces. Entreprendre un décodage, une analyse transgénéalogique permet justement de mieux comprendre sa famille. Et de prendre sa véritable place.

 
QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE LA TRANSGÉNÉALOGIQUE
ET L'APPROCHE DES CONSTELLATIONS FAMILIALES ?

 

L'approche est radicalement différente. Dans la seconde, il y a une mise en scène symbolique de la famille. Les participants choisis dans le public « jouent » le rôle de chaque membre. Le « constellant » et les « constellés » comprennent les enjeux familiaux en revivant des émotions refoulées. Il s'agit ici d'une démarche qui repose sur l'EMOTION.

 

Dans l'étude des liens transgénérationnels, nous transmettons des connaissances théoriques et pratiques qui laissent la liberté :

1. d'établir un bilan,

2. de comprendre les influences familiales

3. de trouver des solutions concrètes pour réorienter son existence.

 

Ici, nous partons de la personne elle-même et nous remontons à ses sources originelles. Nous nous basons sur des faits objectifs.

 

LE CLAN FAMILIAL ..... ET NOUS

 

Souvenir de Mortefontaine ( Corot 1864)

 

 

L'appartenance au clan familial constitue l'un des piliers de notre société. Sans cette solidarité qui remonte à l'âge des cavernes, nous avons le sentiment de ne pas exister. C'est dire combien nous pouvons nous sentir dépendants, vulnérables et parfois victimes de nos géniteurs.

 

Tout au long de notre existence, nous cherchons à nous sentir reconnus par notre famille. Souvent sans succès. Nous avons alors le sentiment d'être rejetés, mal aimés, incompris.

Mais il y a d'autres raisons plus subtiles encore. Très souvent, notre famille nous cache des choses, ne nous dit pas toute la vérité. Ces non-dits, ces silences se transforment en tabous. Il y a des sujets qui fâchent, dont il ne faut jamais parler. Que recèlent-ils comme expériences ?

 

Car il ne faut pas oublier que l'héritage transmis par nos parents détermine à la fois notre devenir mais également celui de nos enfants.

 

Ha, si tout le monde pouvait avoir été engendré de parents et d'ancêtres dignes, loyaux, courageux, honnêtes, aimants ! Qui nous auraient enseigné les vraies valeurs de la vie ! Qui nous auraient chéri et protégé ! Qui n'auraient pas projeté sur nous un idéal qu'ils n'ont pas réussi à atteindre eux-mêmes.

 

Lorsque nous pataugeons dans l'existence, lorsque nous avons peur d'aimer, de prendre des risques, lorsque nous manquons d'énergie, c'est souvent l'indice d'un fardeau familial qui nous a été transmis. A notre insu.

 

 

Problème non résolu ? Schéma de répétition ? Echec ? Croyance limitative ? Heureusement, nous pouvons nous libérer de cette fatalité. Deux attitudes sont possibles pour « guérir de sa famille » :

 

ACCEPTER NOTRE CLAN ET SON HISTOIRE, TOUT EN PRENANT NOS DISTANCES

 

En (re)découvrant la trame de vie de nos ascendants, nous pourrons mieux nous en distancier. Cela nous aidera à renouer avec nos aspirations et nos besoins. Sans nous sentir coupables. Bref à vivre notre vie. Et ainsi préserver nos enfants.

 

REFUSER UN HERITAGE TRANSGÉNÉRATIONNEL TROP PESANT

 

Si le clan dont nous sommes issus se révèle nuisible, voire toxique, rien ne nous empêche de créer un nouveau cercle. A quoi bon traîner dans notre sillage une tribu qui fait semblant de nous vouloir du bien ?

 

Une fois adultes, nous pouvons sélectionner nos relations. Pourquoi ne pas agir de la même manière avec notre famille ? Nous sentir aimé et apprécié à notre juste valeur peut devenir un critère relationnel.

 

 

 

 

 

 
LA RÉSISTANCE AU CHANGEMENT

 

« Lâcher la famille » n'est pas une tâche aisée ! Nous voulons évoluer mais quelque chose en nous s'y oppose. Une invisible loyauté aux lois tribales nous empêche de réagir. Comment se dégager d'une telle emprise ?

  • En affrontant nos sentiments contradictoires, nos faiblesses et nos craintes.

  • En reconnaissant l'influence de notre éducation.

  • En prenant conscience des pressions sociales et spirituelles.

  • En identifiant les bénéfices cachés dont nous profitons inconsciemment .

C'est un jeu d'attraction entre le connu et l'inconnu : Restons optimistes, même dans la pire des familles, une part de lumière subsiste. Un don, une habileté particulière, une force se transmet. La psychogénéalogie s'intéresse tout autant aux héritages positifs.

 

La logique familiale nous indique à quel(s) ascendant(s) nous sommes reliés : Il permet d'identifier le courant influent de l'arbre généalogique. En notant les prénoms, dates de naissance, de mariage et de décès ainsi que les caractéristiques des ascendants, nous découvrons à quel membre de la famille nous sommes reliés, comme par un fil invisible. Quel destin imprègne le nôtre ? -Marraine, parrain, tante, père, aieul(e) ? Qui nous a transmis des bribes de son histoire ? Que comptons-nous en faire ?

 

 
ACTES RÉPARATEURS

 

Après avoir assemblé toutes les pièces du jeu, nous pouvons en redéfinir les règles. Afin de se dégager de l'emprise du passé, il est nécessaire de poser des actes concrets. Libérer ses émotions, restaurer la confiance en soi, redonner un sens à sa vie.

 

 

 

Pour certains, il s'agira d'écrire une lettre symbolique. Mettre des mots sur ce qu'on a éprouvé en tant qu'enfant, s'adresser à chacun de ses parents comme s'ils étaient réellement présents. Pour d'autres, la guérison passera par la reprise d'études ou par tout autre acte symbolique qui délivrera l'énergie vitale et créatrice.

 
L'ENFANT INTÉRIEUR

 

Tout adulte porte chaque étape de son enfance en soi. Ce retour aux sources permet de renouer le contact avec nos besoins réels.

 

L'adulte que nous sommes devenus peut se pencher vers son enfant intérieur et lui dire « je suis là pour toi.» C'est extrêmement bénéfique ! L'enfant que nous avons été se sent enfin compris et protégé. On ne peut pas priver un enfant de sa vérité. « Il n'est jamais trop tard pour avoir une enfance heureuse »